×
Accueil > L’Archéoblog’ > Brèves découvertes !

Brèves découvertes !

Castelnau-De-Guers - Une découverte à l'ermitage Saint-Antoine ?


Le déplacement d’une pierre tombale avec reste d’inscription, soulevée et exposée aux intempéries à l’intérieur d’une chapelle ne possédant plus de toit a motivé une intervention archéologique.

La dalle funéraire a été déplacée de quelques mètres à l’abri d’une chapelle latérale voutée. La fouille nous a réservé quelques surprises.

D’abord l’autre partie de la pierre tombale qui présentait la plus grande partie de l’inscription funéraire n’a pas été retrouvée.

Ensuite c’est la découverte d’une tombe rupestre, trapézoïdale, creusée dans la roche calcaire, d’un type assez passé de mode au XVIIIème et qui pouvait laisser d’emblée supposer la réutilisation d’une sépulture antérieure. En effet, deux sujets se trouvaient à l'intérieur.

L' individu n°1 est certes un peu plus représenté, mais doit-on en faire pour cela le « sujet principal » et celui qui avait, par-delà le temps, et grâce à un texte et une pierre tombale inscrite conservés, initié cette intervention archéologique ? Rien n’est moins sûr.

Le second sujet n°2 est également bien représenté ; ses fémurs, le bassin, la mandibule et le maxillaire montrent des signes d’un décès à un âge très avancé. Les ossements sont robustes, et les textes décrivent cet ermite comme étant « d’une riche taille, bien fait, d’un teint blond… ». Nous savons que l’ermite Louis Deshan est décédé en 1748 avait 82 ans. Tous ces éléments seraient donc en accord avec les restes du sujet 2.

Le sujet 1 porte une datation C14 plus ancienne, de la première moitié du XVIIe. Est-il le premier occupant de cette tombe rupestre ? que l’ermite décédé au milieu du XVIIIe aurait réoccupé ? Il s’agit d’un scénario possible au vu des datations proposées par les analyses C14 (1608/1650 23,2%) Le second scenario envisagé serait celui d’une sépulture mise en place dans une phase antérieure à la chapelle édifiée en 1630. En effet, les analyses C14 proposent une première datation 1493/1603 à 72,2 %. Cette datation correspondrait à une chapelle antérieure mise en évidence par l’analyse architecturale.

Toutefois en l’absence de fouilles archéologiques il est à ce jour difficile de trancher pour l’un ou l’autre scenario.

Noël Houlès, Jean-Paul Cros, Céline Gomez-Pardies