×
Accueil > L’Archéoblog’ > Comprendre l’archéologie programmée

Comprendre l’archéologie programmée

Les bonnes pratiques de l'archéologie.

Qu’est-ce-que l’archéologie programmée ?

L’archéologie programmée s’inscrit dans des programmes de recherche définis par le Conseil National de la Recherche Archéologique (CNRA). 
Elle consiste en l’étude exhaustive d’un site archéologique. La fouille est prescrite par le Service Régional de l’Archéologie qui exerce un rôle de conseiller scientifique et technique. 
La prescription est généralement triennale et renouvelable si la fouille n’est pas terminée.
Chaque année un rapport est réalisé et transmis au SRA qui le soumet en Commission Territoriale de la Recherche Archéologique (CTRA). Laquelle donne des conseils et des orientations pour les fouilles à venir.

Comment découvre-t-on un site archéologique ?


Pour découvrir un site, l'archéologue a recours à différentes méthodes. L'une d'entre elles est la prospection pédestre. Elle consiste à parcourir une zone à pied en repérant les indices archéologiques (céramiques, blocs...).
Lorsque la quantité de ces témoins est très concentrée, l'archéologue sait qu'il se trouve sur un site archéologique.

Une technique appelée rapatel mise au point par l'archéologue Pierre-Yves Genty, permet de pointer sur une feuille représentant des rangées de vignes tous les indices sans les ramasser. A l'issue de cette prospection l'archéologue obtient un plan de site, ses limites et sa datation. Il peut alors faire une demande de fouille programmée auprès du Service Régional de l'Archéologie.

Comme la fouille programmée, la prospection est soumise à autorisation du Service Régional de l'Archéologie.

Qu'est-ce que le bénévolat en archéologie ?


Il est tout à fait possible de s’initier au métier d’archéologue en participant à un chantier de fouille programmé en tant que bénévole.
Le bénévolat est une pratique courante en archéologie. Elle permet de découvrir les méthodes de fouilles, d’acquérir de l’expérience mais également de contribuer à la recherche sur le territoire nationale.
Cette expérience, souvent de quelques semaines annuelles, séduit les passionnés du passé et les étudiants en histoire et archéologie.
Le ministère de la culture publie chaque année la liste des chantiers de fouilles aux bénévoles.

https://www.culture.gouv.fr/Thematiques/Archeologie/L-archeologie-en-France/Les-operations-archeologiques/Fouiller-en-benevole-ou-visiter-un-chantier-archeologique

Qu'est-ce-que la stratigraphie ?

Au cours du temps l'homme laisse derrière lui des traces (restes d'habitations, restes de nourritures, silos...) à différentes périodes. Ainsi, Les aménagements se succèdent. Lors des abandons, cela crée différentes couches de différentes couleurs, empilées les unes sur les autres. Ces strates sont le témoignage de la vie des hommes à un instant donné. L'archéologue doit alors, lorsqu'il arrive sur un site, comprendre cet empilement appelé stratigraphie et reconstituer l'enchaînement des actions passées.

La terre est donc comme un livre ouvert et l'archéologue apprend à le lire.

Mallette pédagogique présentant la stratigraphie © ArkéoFabrik
Mallette pédagogique présentant la stratigraphie © ArkéoFabrik


Que devient le mobilier archéologique trouvé en fouille ?

Lors des fouilles archéologiques, du mobilier très varié peut être mis au jour : objets en céramique, en verre, en silex, en bronze ou en fer, en bois, ossements…

Ces éléments sont soigneusement prélevés par les archéologues lors de la fouille. Ils sont ensuite déposés dans des sachets munis d’une étiquette sur laquelle figure, entre autres, le nom du site, le numéro de la couche dans laquelle ils ont été découverts…

Après la fouille un nettoyage adapté au type d’objet sera réalisé, à l’aide d’une brosse à dent par exemple.
Les éléments sont ensuite séchés, inventoriés, dessinés et étudiés. Une fois ce travail terminé, ils sont conditionnés, classés et conservés dans des salles adaptées à la conservation des différents matériaux. Le lieu d’accueil de ces collections archéologiques est un dépôt archéologique ou un Centre de Conservation et d’Etudes.

Les objets ayant un intérêt scientifique et esthétique pourront intégrer des collections de musées ou être empruntés lors d’expositions afin d’être présentés au public

La cartographie ?


L'archéologue utilise beaucoup la cartographie et donc le SIG ( Système d’information géographique). Pour comprendre l’évolution d'un territoire, il peut comparer les cartes anciennes.
Pour se repérer et voir la topographie d'un site il utilise les cartes IGN, le cadastre... Il utilise aussi les cartes pour pointer les sites qu'il a repéré, c'est la carte archéologique.  Transmises aux  services de l’état, elles sont un véritable outil d’aide à la décision pour les prescriptions de diagnostics ou fouilles dans le cadre des aménagements.

Les datations en archéologie ?

Pour dater un site archéologique et des vestiges archéologiques, il existe deux types de datations : la datation relative et la datation absolue !
La datation relative utilise les relations enregistrées entre différents évènements au sein de la stratigraphie. La méthode repose sur le principe qu'une couche et son contenu, est soit plus ancienne que la suivante, soit plus récente que la précédente. Tout est relatif !
La datation absolue donne plus précisément l'âge d'un objet ou d'une couche archéologique à partir de l'analyse physique ou chimique de certains de ses composants. Il existe donc plusieurs méthodes de datations absolues.

Comprendre les unités de temps des datations absolues.
Que signifient BP, cal BP, BC ou encore BCE ?

Pour la Préhistoire, entre autres, les dates sont usuellement exprimées en BP, c’est-à-dire en Before Present : avant le présent, conventionnellement fixé à 1950, date d'élaboration de la méthode de datation par l’analyse du Carbone 14 (ou 14C).
Les dates peuvent être exprimée en cal BP, c’est-à-dire que l’âge considéré par datation au carbone 14 a été calibré, corrigé par l’utilisation de méthodes de datations complémentaires.
L’expression BC fait référence à l’appellation anglaise Before Christ. Cette expression est aujourd’hui suppléée par l’appellation BCE signifiant Before Common Era (soit avant notre ère / avant l’ère commune).

Qu'est-ce que la typo-chronologie ?

La typo-chronologie est un système de datation relative couramment utilisé dans les différentes spécialités archéologiques. En effet, le recours à la datation par typo-chronologie est fréquent pour les études céramologiques, lithiques, faunistiques, anthropologiques notamment pour l'étude des pratiques funéraires, etc...
En archéologie funéraire par exemple, la typo-chronologie va prendre en compte tout un ensemble d'éléments au sein de la tombe : la position du corps du défunt, le type de mobilier associé et l'architecture de la sépulture entre autres. Pour une datation complète, la typo-chronologie est toujours (dans la mesure du possible) couplé à d'autres systèmes de datation, la stratigraphie (datation relative) ou le radiocarbone (datation absolue) parmi d'autres.
Pour en savoir plus : https://gaaf11.hypotheses.org/




Les amphores peuvent être datées grâce à leur typologie. Les types évoluent très vite dans le temps et diffèrent d'une région à l'autre.

Qu'est-ce qu'un théodolite ?

Le théodolite est un instrument de mesure, utiliser pour réaliser des relevés topographiques afin de mesurer les distances entre différents points sur un site archéologique. Cet instrument de visée est muni d'une lunette montée sur un support. Il est utilisé pour réaliser des triangulations, mesurant des angles horizontaux et verticaux. Le théodolite est utilisé en archéologie par le topographe, mais également par le géomètre sur les chantiers. Le théodolite est un des plus anciens instruments d'arpentage.