×
Retour

Notre Dame du Grau

D'un point de vue historique, c'est en 990 que l'on possède la première mention d'un édifice abritant la congrégation des bénédictins rattachés à l'abbaye de Saint-Thibéry.

En 1187, « Bernard Aton fit donation de tout ce qu'il possédait dans le domaine, ville d'Agde, ses dépendances... il fit cette donation devant l'autel de l'église de Notre Dame du Grau » (HGL, T. 5, L. XX, p.5).

Ce n'est qu'en 1584 que Henri Ier de Montmorency décide alors de réaliser à cet emplacement un édifice plus grand et d'y installer les pères capucins.

Un prix fait de 1609 nous renseigne sur la construction de ce nouvel édifice employant les matériaux présents sur place. En 1790, elle est vendue comme bien national. A cette occasion un inventaire a pu être consulté nous donnant une idée des possessions des capucins à cette période mais aussi nous renseignant sur l'organisation de l'édifice.

En 1793, le chœur de l'édifice est détruit les tombes sont profanées. A partir de 1802, après avoir été utilisée comme prison, elle est aux mains de propriétaires privés qui n'ont de cesse que de l'entretenir et la rénover, jusqu'en 1873 date à laquelle elle est rachetée par la Mairie d'Agde.

D'un point de vue archéologique des sondages ont été réalisés sur le site. Le premier en 1840 permettant de mettre au jour un fragment de plaque daté des VIe/VIIe siècle après J.-C. Mentionnant la consécration d'un autel et la construction d'oratoria.

Le second en 1940, date à laquelle d'importants sondages (20m x 7ou 8m et 3m de profondeur) réalisés par Prat Puig à l'arrière de l'église ont permis de révéler la présence de murs.

La réhabilitation de l'église par la Mairie pour la rendre au culte, a donc donné lieu à un suivi de travaux archéologique.

L'église se compose d'une nef et de six chapelles. La remise en état des sols dans les chapelles a révélé la présence de tombes dont l'architecture diffère d'une tombe à l'autre. Les deux tombeaux qui ont fait l'objet d'une étude sont ceux de la chapelle Sainte-Claire et Saint-François proches du chœur. 

Dans la chapelle Sainte-Claire, la tombe est de forme rectangulaire et possède un accès par un escalier. Les ossements très mal conservés ont été étudiés sur place. Ils ont permis de mettre en avant la présence d'un squelette féminin. Les recherches en archives ont permis d'attribuer cette tombe à Isabeau de Bonnet de Thoiras épouse du seigneur de Lézignan-la-Cèbe. 

La chapelle Saint-François quant à elle possède une tombe voûtée dont l'accès s'effectue par le dessus à l'aide de deux pierres en basaltes juxtaposées. A l'intérieur pas moins de 12 individus  positionnés et classés dans des caisses en bois. Ce dépôt secondaire n'a pas livré plus d'information.

Dans la nef ont pu être mis au jour deux niveaux de sol un pouvant être daté du XVIIe siècle correspondant au sol d'origine. Il est composé de carreaux de terre cuite et vient buter contre une ligne d'autel réalisée en basalte. Le second sol placé au-dessus réalisé à l'aide de carreaux de calcaire occupe toute la surface de la nef. Proche du chœur, une anomalie est apparue laissant supposer l'emplacement d'une tombe. Celle-ci fouillée, a permis de mettre au jour un niveau de remblai composé d'ossements humains appartenant à deux individus différents dont un possède un crâne scié. Un peu plus bas en connexion anatomique une femme positionnée dans un cercueil posé sur trois orthostates occupant le fond de la tombe rectangulaire.

La recherche en archive nous permet d'avancer que cette tombe est la tombe d'Henri Ier de Montmorency décédé le 2 avril 1614 à la Grange des Près à Pézenas et enterré selon ses souhaits à Notre Dame du Grau. 

Des analyses carbone 14 ont été réalisé sur les ossements appartenant à l'individu possédant le crâne scié. Les deux pics donnés correspondent pour l'un à une datation 1412-1511 à 98 % et à 0,9 % entre 1601 et 1616. De plus, une reconstitution faciale réalisée dans le cadre d’une thèse de l’université de Montpellier II par Lionel Sabatier a été réalisée. Nous ne pouvons malgré tout pas affirmer de manière certaines que l'individu au crâne scié s'avère être les restes de Henri Ier de Montmorency, mais toutes les données collectées abondent dans ce sens.

A l'extérieur des décaissements de 1,50 m de profondeur devaient être réalisés tout autour de l'église . En effet un apport important de remblai avait été effectué entretenant ainsi un fort taux d'humidité à l'intérieur. 

Lors de ces décaissements sur la partie nord de l'église a pu être mis au jour des murs correspondant au chœur des capucins du XVIIe siècle ainsi que l'ancienne sacristie. Un accès et un sol de terre cuite semblable à celui de l'intérieur a été mis au jour permettant d’entériner l'hypothèse d'un sol primitif de cette nature. Les sols extérieur et intérieur se trouvant sensiblement au même niveau.

Sur la partie ouest de l'édifice des murs ont été mis au jour, ainsi qu'un sol s'engageant sous le mur de la chapelle Saint-Sever et permettant d'avancer l'hypothèse de l'emplacement d'un ancien édifice.

Le suivi de travaux réalisé à Notre Dame du Grau a permis d'apporter de nombreux éléments quant à la connaissance de l'église à la période moderne. Trois phases principales d'aménagements ont pu être mises en évidence, la construction de l'église et des bâtiments conventuels en 1609.  Un réaménagement aux alentours de 1840 mise en place du pavage 

calcaire et une dernière phase en 1873 lorsque la Mairie achète l'église.

Céline Gomez-Pardies, archéologue CAHM, Jean-Paul Cros, anthropologue UMR 7041 Nanterre, Paris

En savoir plus

Une application en appui des visites !

Une web application, réalisée en collaboration avec le Groupe de Recherches Archéologiques d’Agde, permet de visiter le site de Notre Dame du Grau.

Découvrez ou redécouvrez l’histoire et l’évolution du site de Notre Dame du Grau.

Participez à la démarche de recherche autour de la tombe d’Henri Ier de Montmorency grâce à un quizz.

Reconstituez le visage d’Henri Ier de Montmorency en utilisant la méthode des portraits robots.

Comment faire ?

Flashez ce QR Code et rendez-vous sur le site de Notre Dame du Grau pour un complément de visite !

ou cliquez sur le ce lien : https://cahm.yunow.app/1168-notre-dame-du-grau/4256-notre-dame-du-grau

(Attention cette appliction est plutôt conçue pour fonctionner sur les téléphones portables ou tablettes).